Imprimer

Six ans après la déclaration de tolérance zéro à la corruption par le chef de l'Etat .Qu'en est-il aujourd'hui?

le .

Au moment de la déclaration de tolérance zéro à la corruption et aux malversations économiques le 26/8/2010, le chef de l’Etat avait fait un engagement ferme de frapper fort contre les corrupteurs, il avait dit : "des lois seront  revisitées "sans doute pour renforcer leur capacités de frappe. Qu’en est-il aujourd’hui ?

 Cliquer ici pour lire en intégralité la déclaration.

Imprimer

Déclaration de PARCEM à la veille du 16ème anniversaire de la signature de l'Accord d'Arusha

le .

A la veille du 16 ème anniversaire de la signature de l’Accord de paix et de la réconciliation d’Arusha, personne ne conteste les mérites de l’Accord d’Arusha pour avoir pu ramener la paix au Burundi. A voir son importance dans la stabilité de toutes les institutions burundaises, l’Accord d’Arusha, est un document global et inclusif que personne n’a le droit de s’y dérober. PARCEM considère que la date de la signature de l’Accord d’Arusha est une date historique qui devrait être effectivement figurée dans l’histoire du Burundi.

Cliquer ici pour lire en intégralité la déclaration.

Imprimer

Trois ans après la tenue des Etats Généraux de la Justice.Qu'en -t-il du rapport et de la mise en application des recommandations?

le .

Dans une société démocratique, la justice constitue l’un des piliers du pacte citoyen et républicain du pays.  Pour le Burundi, la justice est un rempart qui protège les personnes, garantit les règles de vivre ensemble, les droits et les devoirs de chacun ainsi que les conditions d’une société apaisée.

Imprimer

Déclaration de PARCEM à l'occasion de la journée dédiée à la commune

le .

 

La célébration de la journée dédiée à la commune ne devrait pas se limiter aux simples manifestations folkloriques mais une occasion de réflexion sur les défis actuels qui entravent le développement de la commune.

Cliquer ici pour lire en intégralité la déclaration.