Imprimer

Transfert de 500.000.000 fbu dans les communes ;quels défis à surmonter au préalable?

le .

La loi des finances de 2016 prévoit une subvention de cinq cent millions à octroyer à chaque commune. Cette mesure était nécessaire car elle jetait la base de la mise en application au concret de la politique de décentralisation sur l’aspect financier et, partant contribuer à l’éradication de la pauvreté à la base. Malgré cette intension, des défis subsistent pour que la population puisse en bénéficier les fruits.

Cliquer ici pour lire en intégralité le point de presse

 

Imprimer

PARCEM conseille à l’Assemblée Nationale de mettre sur pied une commission parlementaire mixte pour enquêter sur les récents incidents à l’endroit du Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale.

le .

Vers la fin du mois de Mai 2016, l’Honorable Rwasa Agathon Premier Vice Président de l’Assemblée Nationale a organisé une tournée dans certaines communes de l’intérieur du pays. Toutefois, il s’est vu refuser le droit d’entrée dans certaines des communes de Cibitoke et Karusi. PARCEM s’inquiète du respect du droit de circulation et de réunion et conseille à l’Assemblée Nationale de mettre sur pied une commission Parlementaire mixte pour enquêter sur les incidents survenus à l’endroit du numéro deux de l’Assemblée Nationale.

Cliquer ici pour lire en intégralité la déclaration

Imprimer

Pénurie du sucre dans tout le pays

le .

L’une des grandes usines encore fonctionnelle au Burundi c’est la société sucrière du Moso(SOSUMO) située en commune de Bukemba de la Province de Rutana. Cette société créée  le 13/7/1982 sous le Président Bagaza s’était fixé l’objectif de faire face à la demande croissante de sucre dans le pays et surtout d’économiser des devises en évitant l’importation du sucre. Or, malgré les efforts de la SOSUMO, le sucre reste insuffisant et se vend à des prix exorbitants sur le marché et de façon répétitive. Actuellement, le sucre est devenu rare partout dans le pays.

Imprimer

PARCEM en appelle aux gouvernements Rwandais et Burundais à régler leurs différends pour l'intérêt supérieur de leurs peuples respectifs

le .

Le Burundi et le Rwanda sont deux pays qui partagent plusieurs communautés économiques d’intégration régionales dont les plus importants sont l’EAC et la CEPGL. Actuellement, des relations de voisinages entre les deux pays ne sont plus au bon fixe. Ceci se remarque à travers les mesures restrictives allant dans le sens de la limitation du commerce transfrontalier qui sont prises privant ainsi des populations des dividendes d’appartenir dans des communautés économiques en tant que voisins.

Cliquer ici pour lire en intégralité le point de presse