Imprimer

CAMPAGNE UKURI KU BIDUHANZE : sortie de l’analyse sur la situation dramatique de la sécurité alimentaire au Burundi

le .

Dans la Poursuite de sa campagne Ukuri Ku Biduhanze, PARCEM a sorti sa 3ème communication dans un point de presse animé ce mardi le 16 avril 2019 portant sur l’analyse de la situation dramatique de la sécurité alimentaire au Burundi.

Tenez :

 

ØLe Burundi enregistre un taux de malnutrition chronique infantile de 58% le plus élevé en Afrique alors que le seuil d’alerte de l’OMS est de 40%. Cela ne devrait pas laisser les autorités indifférentes ou de s’en accommoder,

ØUn autre problème crucial pour les enfants dans leurs conditions de vie c’est que 70% d’entre eux vivent dans les ménages les plus pauvres qui peinent à leur assurer la satisfaction des besoins fondamentaux.

ØL’anémie chez les enfants de 0 à 59 mois fait rage,45% alors que la norme tolérée et acceptée est de 5 %. Cela devrait secouer l’apathie des décideurs et permettre la prise d’engagement

Ø70% de la population reste hantée par les problèmes d’insécurité alimentaire en permanence aggravé par les problèmes de diversité alimentaire (consommation d’une seule denrée pendant des mois)

ØLa consommation calorifique des burundais en moyenne est de 1600kcal par jour/par personne. Elle est inférieure à la moyenne acceptée de 2100kcal

ØL’insuffisance pondérale: un enfant de plus de 15 ans peut avoir une taille et un poids d’un enfant de moins de 10 ans

 

Les conséquences à cette situation se manifestent par l’insuffisance cognitive, capacité apprentissage difficile, la croissance physique des enfants, manque de la force productive, le taux des abandons scolaires et le taux de morbidité élevé.

Face à cette situation décrite ci-dessus, PARCEM lance un appel vibrant à tous les responsables à prendre conscience de cette situation et à attaquer le taureau par les cornes pour faire face à cette situation dramatique.