Imprimer

Atelier d’échange entre les Parlementaires et les jeunes

le .

A la suite de la campagne nationale de plaidoyer fait par les jeunes dans le cadre du projet « Jeunesse pour la consolidation de la paix au Burundi, Y4PBB II », PARCEM en collaboration avec les jeunes membres de la plateforme nationale de plaidoyer (initié par PARCEM) ont organisé en date du 13 décembre 2018 un atelier d’échange entre les jeunes et les parlementaires. L’objectif de l’atelier était de créer un cadre d’échange entre eux et les parlementaires (Plaider pour que ces derniers puissent organiser des réunions d’échange auprès des jeunes au moins 3 fois par an pour savoir leurs aspirations)

En effet, la plupart des jeunes se sentent moins impliqués et moins représentés dans les institutions politiques élues alors  ils voudraient être bien entendus par les représentants du peuple pour que les lois et les politiques  tiennent compte de leurs besoins spécifiques.

Dans une étude faite par le consultant sur la collaboration entre les parlementaires et les jeunes, le consultant a montré que cette collaboration peut avoir des entraves dont :

 

       Existence de plusieurs organisations des jeunes et difficulté de s’entendre sur la  légitimité de la représentation des jeunes

       Difficulté d’entendre la voix consensuelle des jeunes

       Politisation, manipulation et instrumentalisions des jeunes qui les empêchent à être unis, solidaires et engagés uniquement pour les causes des jeunes

Après  échanges et discussions des participants,  plusieurs recommandations ont été émises :

       Ouvrir des bureaux parlementaires dans chaque circonscription afin que la population en général et les jeunes en particulier puissent acheminer leurs doléances aux parlementaires

       Recruter des assistants parlementaires permanents affectés dans ces bureaux parlementaires pour qu’ils recueillement les doléances de la population et des jeunes au nom des parlementaires de la circonscription

       Renforcer la démocratie interne dans les partis politiques pour que l’établissement des listes électorales des partis politiques soit guidé par le souci d’aligner les jeunes engagés et non plus du volume des contributions pécuniaires des membres

       Concernant la représentation des jeunes, les jeunes devraient s’engager et participer dans les partis politiques pour qu’ils soient alignés sur les listes électorales en attendant l’amendement de la constitution qui introduirait la discrimination positive pour les jeunes

       Redynamiser le Comité National de la Jeunesse

       Appuyer le Comité National de la Jeunesse dans le plaidoyer sur la représentation des jeunes dans le parlement

        Sensibiliser pour l’auto développement et leur adhésion dans des groupements associatifs

       Sensibiliser les organisations Non gouvernementale, les entreprises du secteur privé et les structures gouvernementales d’offrir des stages professionnels aux jeunes lauréats des Universités pour qu’ils acquièrent l’expérience professionnelle parfois exigée pour postuler à un emploi public ou privé

        En vue de réduire une éventuelle distance sociale entre les jeunes et les parlementaires, ces derniers devraient encourager les jeunes à s’approcher d’eux et à leur communiquer leurs doléances

       Introduire le cours de civisme et de formation patriotique à tous les paliers de l’enseignement pour un changement de mentalité des jeunes afin qu’ils puissent s’adonner aux activités de promotion de l’auto –développement et ne plus compter sur les emplois publics devenus de plus en plus rares

       Pour plus de justice sociale et d’équité, rendre transparent le processus de recrutement dans la Fonction Publique

       Les parlementaires devraient adopter l’attitude d’impartialité dans leurs descentes et visites en privilégiant de rencontrer la population dans sa diversité politique et de préférence les descentes devraient concerner tous les parlementaires de la circonscription