Imprimer

Chevauchement dans la gestion de la salubrité en Mairie de BUJUMBURA

le .

Depuis un certain temps, la question de la collecte des déchets ménagers en Mairie de BUJUMBURA est devenue une  problématique.

Au cours d’un point de presse animé ce mercredi 11 octobre 2017, PARCEM voudrait lancer un appel au gouvernement

de se ressaisir parce que  c’est tellement insensé de constater les divergences aussi grandes au sein des institutions publiques mais aussi sensibles. Ainsi, comment se fait-il que la Mairie et le SETEMU en tant qu’institution publique d’une part et entreprise publique d’autre part ne voient pas de la même façon cette problématique de la gestion de collecte des déchets jusqu’à s’opposer ouvertement! On constate par là que ce sont des intérêts des uns et des autres. De plus, la propreté est un secteur où l’intervention de l’Etat est légitime. C’est le secteur public qui doit rendre les services accessibles, donc  la privatisation  dans ce secteur reste inadéquate car l’Etat doit rendre prioritaire la propreté des citoyens contribuables.

Partant de cela, PARCEM recommande :

1)     De lancer un appel d’offre ouvert avec une description globale des privés selon la capacité technique et financière et au cas échéant un appel d’offre sous- régional ;

2)     De punir sérieusement toutes les erreurs commises suivant le code des marchés publics et la loi anticorruption ;

3)      De voir si les propriétaires de ces associations bénéficiaires du marché ne figurent pas parmi les membres du gouvernement car on constate que ce sont des intérêts cachés des uns des autres ;

4)     Desanctionner des gens méconduits pour qu’ils ne continuent pas à mettre en avant leurs intérêts égoïstes ;

5)     Au gouvernement d’intervenir dans sa solidarité au lieu de se jeter le tort et prendre provisoirement une solution urgente pour l’intérêt supérieur des citoyens.