Imprimer

Point de presse sur l'impact du retrait du Burundi dans l'Accord de Cotonou et du programme AGOA

le .

Après que l’Union européenne ait formellement décidé  l’ouverture de consultations sur l’avenir de la coopération avec le Burundi selon l’article 96 de l’accord de Cotonou, le Président des Etats -unis, Barack Obama vient d’annoncer son intention de retirer au Burundi le statut de partenaire commercial privilégié des Etats-Unis à travers le programme AGOA.

 En effet, PARCEM est très préoccupée par ce retrait car l’AGOA est un cadre qui a été mis sur pied par les Etats-Unis en vue de développer les relations commerciales avec les pays pauvres après avoir réalisé le manque d’exportation consistant dans les marchés des pays développés. Les Etats-Unis se sont donc engagés à enlever tous les droits de douanes en faveur de l’entrée des produits exportés par ces pays. De plus, ces relations concernent d’autres initiatives qui consistent à soutenir l’industrialisation, les infrastructures énergétiques et bien d’autres.

PARCEM voudrait alors interpeller la conscience des  dirigeants à ne pas négliger cette initiative qui tente progressivement d’isoler le Burundi ; un isolement politique, économique, diplomatique qui est très dangereux pour notre pays. Il faut plutôt s’engager, prendre des stratégies pour que le gouvernement dans ses faits et gestes soit un facteur de solution.